criminolo-J

Site des étudiants de l'école de criminologie de l'ULB
 
AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Précisions cours 23/11 : His Majesty The Baby!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
christopheadam
Prof
avatar

Nombre de messages : 526
Age : 46
Date d'inscription : 13/10/2007

MessageSujet: Précisions cours 23/11 : His Majesty The Baby! Ven 23 Nov - 21:00

La question qui m'a été adressée au cours est, grosso modo, la suivante : est-ce que dans le contexte de l'"enfant-roi" l'explication de De Greeff en terme d'infériorisation tient encore la route ?

1. D'abord, attention à la généralisation de ce concept d'enfant-roi : à qui et à quoi s'applique-t-il ? Que désigne-t-il? Je peux vous donner des tas d'exemples cliniques où je n'ai pas rencontré d'enfants-rois... (allez voir du côté de la Chine ou de la banlieue de votre ville pour le constater). Si on ne précise pas ce concept, il est alors fort probable que la critique qui a été adressée à l'égard de De Greeff ce matin, selon laquelle
le propos est "généralisant", soit tout aussi généralisante...

2. On désigne souvent par ledit concept un contexte ou une transformation anthropologique très globale justement (désignant par là un invariant de nos sociétés occidentales contemporaines, remarquez le niveau de généralisation ici Shocked ).

3. On trouve des éléments de réponse à cette question intéressante chez Freud qui appelait le nourrisson "His Majesty The Baby" (sa majesté le BB king ) pour dire que l'enfant est tout puissant, mégalomane, narcissique (on parle techniquement de "processus narcissiques primaires"), vivant selon le principe de plaisir (il prend ses désirs pour la réalité, sa conception du monde est magique). Dans l'expérience progressive du monde, il va faire l'épreuve de la réalité objective qui va le limiter nécessairement dans ses prétentions et ambitions à être et à avoir TOUT (ce qui n'est possible que dans nos rêves et fantasmes). Il devra renoncer à la relation symbiotique avec sa mère, au fait qu'il ne peut être garçon et fille en même temps (acceptation de la différence des sexes), et qu'il n'a pas de droit sur sa maman car elle appartient à papa... (acceptation de la différence des générations). La vie est alors une suite de renoncements et de deuils, qui peuvent être très traumatisants pour nos charmantes têtes blondes. Donc, chez Freud, la condition de l'enfant est celle d'un roi ou d'une reine qui va, peu à peu, perdre ses attributs royaux pour se rendre compte (douloureusement souvent) qu'il n'est encore, objectivement, qu'un être inférieur et que le roi et la reine, c'est papa et maman... ou l'adulte en général, qu'il voudra égaler, renverser, voire dépasser (voyez ce que les ados font des modèles parentaux). On peut donc dire qu'imaginairement, il se vit comme supérieur mais il va très vite comprendre que la réalité objective est autre... Il aura besoin de l'adulte pour toute une série d'actions dont il est incapable (non pas qu'il s'en sente incapable, il l'est de fait). Certes, il pourra refuser cette réalité objective en vivant selon le principe de plaisir. Si les parents ne promettent pas à l'enfant qu'un jour il deviendra grand et pourra comme eux, c'est mal parti car il risque de se vivre toujours comme inférieur, ce qui rejoint alors les considérations de De Greeff... Si les parents font croire à l'enfant qu'il n'est pas inférieur - qu'il est le roi à la maison par exemple - il risque alors de nier la réalité et de se prendre toujours pour le roi... et lorsqu'il sera confronté à d'autres réalités où il ne l'est plus, il risque de ne pas supporter la frustration et d'envoyer tout balader...et/ou de déprimer. On peut aussi dire que, quoi qu'il en soit des promesses objectivement faites par les parents, l'enfant peut ne pas se sentir aimable, capable, etc. Autrement dit, un enfant peut se sentir abandonné sans qu'il ne l'ait été objectivement. Je peux rassurer tous les étudiants en disant que l'examen se passera bien que cela ne supprimerait pas leur anxiété car elle est toujours une donnée de départ.

Attention pour l'examen : bien distinguer infériorité objective, sentiment d'infériorité (vécu subjectif de l'infériorité, indépendamment de la réalité objective) et complexe d'infériorité (le sujet n'en a pas conscience et se défend contre l'infériorité).

Attention de toujours relativiser une théorie au regard du contexte à partir de laquelle elle a été formulée.

Bien à vous,

C.A.
Revenir en haut Aller en bas
 

Précisions cours 23/11 : His Majesty The Baby!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
criminolo-J :: ARCHIVES :: Le local de christopheadam 2007/2008-